Nouvelles économiques

Megacrash : la fin du cycle de croissance – La voiture et les vacances bientôt des super-luxes ?

14.06.2023 12:30



© Investing.com

Investing.com – Les marchés financiers fonctionnent selon un principe très simple : l’évaluation du risque. Si le risque qu’une entreprise réalise moins de bénéfices à l’avenir augmente, la valeur de l’actif correspondant baisse, car le risque d’une évolution moins favorable est pris en compte et les liquidités diminuent. En revanche, si le risque diminue, la situation s’améliore.

Dans son dernier article, le blogueur financier Charles Hugh Smith a toutefois dû constater que les conditions d’évaluation des risques ont changé de manière spectaculaire. Il en résulte inévitablement qu’il ne faut plus s’attendre à ce que les marchés continuent à évoluer comme ils l’ont fait au cours des 30 dernières années.

Smith explique que l’économie mondiale a connu un cycle de croissance de 30 ans, basé sur des développements qui ont conduit à une réduction des risques pour les marchés financiers.

Outre la chute de l’Union soviétique et la fin de la guerre froide qui s’en est suivie, les immenses champs pétrolifères nouvellement découverts en faisaient partie. A cela s’ajoutait le commerce mondial florissant, qui permettait aux groupes du monde entier de délocaliser la production dans des pays à bas salaires comme la Chine, ce qui réduisait les coûts et faisait jaillir les bénéfices. Les banques centrales ont alimenté les marchés en argent bon marché via des taux d’intérêt bas, car l’inflation n’a pas joué de rôle durant ce cycle.

Mais selon Smith, tout cela appartient à l’histoire, car le monde a fondamentalement changé.

Avant la crise financière de 2008, la politique monétaire était déterminée par le marché. Ce sont les liquidités, les prix et les risques qui dictaient aux banquiers centraux le cadre de la politique monétaire.

Mais la crise financière a modifié ce mécanisme dicté par le marché. Les gouvernements et les banques centrales se sont vus contraints d’intervenir, car sans cette intervention, le monde aurait plongé dans une grave récession en intégrant le nouveau risque. Et c’est ainsi que la politique de taux d’intérêt zéro a été introduite, alors que l’inflation était encore faible.

Mais cela a eu pour effet de lancer une course au rendement sans précédent avec l’argent emprunté gratuitement, comme l’explique Smith. D’énormes bulles se sont ainsi formées dans tous les secteurs, toujours sous la menace d’un effondrement de la liquidité et d’une réévaluation du risque et des actifs.

Les bulles ont atteint une dimension qui, en cas de réévaluation, a le potentiel de faire s’effondrer le système financier mondial. C’est ce qui se serait déjà produit en 2008 si les banques centrales n’étaient pas intervenues. Mais cette intervention a conduit à des bulles encore plus grandes, qui ont continué à se développer avec les plans de relance Covid 19.

Mais le problème n’est pas seulement que les prix des actifs ne correspondent pas à la réalité modifiée, mais aussi que les cours appelés servent de garantie à l’énorme montagne de dettes qui s’accumule. Une réévaluation conduirait à un surendettement. Il serait alors impensable d’investir dans la croissance, car tous les excédents seraient engloutis par le paiement des intérêts.

Le monde, qui était jusqu’à présent tel que les principaux indices atteignaient de nouveaux sommets même en temps de crise, a fondamentalement changé.

Smith constate que la Chine, longtemps considérée comme ouverte sur le monde, mise de plus en plus sur l’armée et formule des revendications territoriales (Taïwan). Les États-Unis se sont déjà engagés à défendre Taiwan contre la Chine. Les chaînes d’approvisionnement mondiales sur lesquelles reposait la croissance des dernières décennies sont en train d’être rompues. L’indépendance vis-à-vis des menaces géopolitiques est la nouvelle approche qui rend plus difficile le maintien des rendements auxquels on s’était habitué, sans parler de l’augmentation des bénéfices. Et là où la croissance s’effondre, les dettes élevées provoqueront bientôt une crise qui nous touchera tous.

A cela s’ajoutent les changements démographiques et une ère d’inflation persistante. Ces deux éléments feront en sorte que la demande de tout ce qui n’est pas nécessairement vital s’effondre. On maintient encore l’optimisme selon lequel l’inflation est un phénomène temporaire, comme l’écrit Smith. Mais les mauvaises récoltes, le changement climatique, le coût élevé du capital et la montagne de dettes entraîneront une immense réévaluation des actifs.

Pour illustrer l’impact de cette réévaluation, Smith cite le secteur du logement. Au cours des dernières décennies, on pouvait s’attendre à ce qu’un bien immobilier ait une valeur supérieure de 30 %, corrigée de l’inflation, une décennie plus tard. Des investissements sans risque dans en béton étaient proposés à chaque coin de rue. Mais si la demande s’effondre en raison des primes de risque plus élevées et qu’il faut s’attendre à ce que le bien immobilier construit aujourd’hui ait une valeur inférieure de 30 pour cent, corrigée de l’inflation, dans dix ans, qui construira encore des biens immobiliers au prix actuellement élevé ? Smith écrit :

« Pour le moment, la réévaluation est encore modérée, mais si les risques se manifestent, nous devons nous attendre à une accélération de la réévaluation. Si la liquidité se tarit – c’est-à-dire si les acheteurs de maisons et d’actions quittent soudainement le marché – la chute des prix sera dramatique et s’auto-amplifiera ».

Le marché est encore porté par la confiance que les et vont bientôt baisser, que la révolution de l’IA va déchaîner une nouvelle ère d’efficacité et que les tensions géopolitiques vont s’estomper. Et si tout cela ne devait pas être le cas, les trouveront un moyen pour que les marchés boursiers atteignent de nouveaux sommets historiques, contre vents et marées. Mais gare à vous si la confiance en « plus haut, plus loin, plus vite » s’éteint, alors toutes les bulles éclateront en même temps – le méga-krach.



Source link

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
bitcoin
Bitcoin (BTC) $ 65,932.67 1.36%
ethereum
Ethereum (ETH) $ 3,310.21 1.65%
tether
Tether (USDT) $ 0.999831 0.16%
bnb
BNB (BNB) $ 558.54 0.28%
solana
Solana (SOL) $ 186.30 0.78%
usd-coin
USDC (USDC) $ 0.999881 0.04%
xrp
XRP (XRP) $ 0.583899 2.05%
staked-ether
Lido Staked Ether (STETH) $ 3,301.15 1.83%
dogecoin
Dogecoin (DOGE) $ 0.185073 1.92%
cardano
Cardano (ADA) $ 0.583572 2.36%
avalanche-2
Avalanche (AVAX) $ 47.55 0.80%
the-open-network
Toncoin (TON) $ 4.96 2.67%
shiba-inu
Shiba Inu (SHIB) $ 0.000027 0.55%
bitcoin-cash
Bitcoin Cash (BCH) $ 629.42 4.09%
polkadot
Polkadot (DOT) $ 8.61 1.55%
chainlink
Chainlink (LINK) $ 18.13 2.51%
tron
TRON (TRX) $ 0.116866 1.65%
wrapped-bitcoin
Wrapped Bitcoin (WBTC) $ 65,919.66 1.34%
uniswap
Uniswap (UNI) $ 11.24 3.99%
matic-network
Polygon (MATIC) $ 0.906530 0.82%
internet-computer
Internet Computer (ICP) $ 18.21 5.86%
litecoin
Litecoin (LTC) $ 101.80 7.11%
near
NEAR Protocol (NEAR) $ 6.36 0.22%
aptos
Aptos (APT) $ 14.01 10.99%
leo-token
LEO Token (LEO) $ 6.03 0.35%
dai
Dai (DAI) $ 0.998773 0.00%
blockstack
Stacks (STX) $ 3.27 4.60%
filecoin
Filecoin (FIL) $ 8.64 1.88%
ethereum-classic
Ethereum Classic (ETC) $ 30.23 1.92%
cosmos
Cosmos Hub (ATOM) $ 11.08 1.69%
mantle
Mantle (MNT) $ 1.25 5.37%
dogwifcoin
dogwifhat (WIF) $ 4.02 3.57%
arbitrum
Arbitrum (ARB) $ 1.47 1.83%
immutable-x
Immutable (IMX) $ 2.72 1.14%
crypto-com-chain
Cronos (CRO) $ 0.141065 1.74%
stellar
Stellar (XLM) $ 0.128828 1.21%
render-token
Render (RNDR) $ 9.53 1.05%
bittensor
Bittensor (TAO) $ 553.97 3.77%
hedera-hashgraph
Hedera (HBAR) $ 0.105125 0.79%
maker
Maker (MKR) $ 3,840.28 1.90%
okb
OKB (OKB) $ 57.57 2.05%
optimism
Optimism (OP) $ 3.16 4.68%
the-graph
The Graph (GRT) $ 0.332861 5.88%
pepe
Pepe (PEPE) $ 0.000007 0.42%
vechain
VeChain (VET) $ 0.041721 0.76%
injective-protocol
Injective (INJ) $ 33.71 2.86%
kaspa
Kaspa (KAS) $ 0.128139 0.72%
coredaoorg
Core (CORE) $ 3.24 14.76%
fetch-ai
Fetch.ai (FET) $ 2.68 2.20%
theta-token
Theta Network (THETA) $ 2.60 3.50%